Rapport Fonctionnement et efficacité d'une cellule d'aide à la résolution des conflits-février 2016
La recherche présentée dans ce rapport porte sur le fonctionnement et les effets d’une cellule d’aide à la résolution des conflits comme dispositif de prévention des risques psychosociaux. Parmi les causes des RPS, les conflits interpersonnels tiennent une place significative. Le rapport Gollac réalisé en 2011 pour le ministère français du travail, de l’emploi et de la santé1 délimite les facteurs de RPS suivants : l’intensité du travail et le temps de travail, les exigences émotionnelles (relations avec le public, contact avec la souffrance), l’autonomie (insuffisante), les rapports sociaux au travail (relations avec les collègues, la hiérarchie, l’entreprise, l’extérieur de l’entreprise et violence interne), les conflits de valeur et l’insécurité de la situation de travail. Les dispositifs d’aide à la résolution des conflits sont ainsi susceptibles de prévenir la partie des risques psychosociaux liée aux relations interpersonnelles (exigences émotionnelles, rapports sociaux au travail et éventuellement conflits de valeur).