Pallier le manque de ressources dans une organisation liquide : le cas du service de neurologie dans un hôpital public.

L’hôpital va mal, comme en témoignent la recherche sur le sujet et les médias. Les personnels soignants dont les indicateurs de santé au travail se dégradent (Abord de Chatillon et al., 2017) parviennent malgré tout à trouver des solutions et « sortir la production » (de Terssac, 1992).
Il parait donc important de saisir comment, malgré les contraintes qu’ils subissent, les personnels soignants réussissent à mobiliser des ressources suffisantes pour construire un travail de qualité.

Pour comprendre comment les acteurs mobilisent ces ressources, 90 heures d’observation auprès des personnels (aides-soignants, infirmières, cadre de santé) d’un service de neurologie ont été réalisées ainsi que dix entretiens semi-directifs.
L’enjeu de cette proposition est donc de mettre en lumière comment les individus dans un univers liquide prennent en main leur santé au travail en transformant des éléments de leur quotidien en ressources. La théorie de la conservation des res- sources (Hobfoll, 1989, 1998) est mobilisée comme cadre théorique.